Inquiets de l’impact du Brexit sur les agriculteurs, de part et d’autre de la Manche, les membres du Copa-Cogeca estiment que « le Royaume-Uni devrait rester dans le marché unique et l’union douanière. Il est important de minimiser toute perturbation des échanges commerciaux », justifient-ils, dans une lettre adressée à Michel Barnier, négociateur en chef pour l’Union européenne (UE).

« Le temps presse »

Le Copa et la Cogeca ajoutent que « si cette issue s’avérait toutefois impossible, l’UE et le Royaume-Uni devraient négocier un nouvel arrangement douanier qui permette autant que possible un commerce sans friction, tout en préservant l’intégrité du marché unique communautaire ».

Et d’attendre maintenant « des propositions claires et tangibles pour la relation transitoire et future » de la part du gouvernement britannique. « Le temps presse pour les entreprises qui doivent apporter les ajustements nécessaires, concluent-ils. Un accord doit être trouvé le plus rapidement possible afin d’éliminer l’incertitude et les coûts supplémentaires pour les agriculteurs et les coopératives agricoles. »

A. Ca.