La rencontre de Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, et de Jérémy Decerle, celui de JA, avec Stéphane Travert ne débouche sur aucune avancée. Le ministre n’a apporté aucun élément de réponse à leurs doléances. Une nouvelle rencontre est prévue dans la soirée, avec, peut-être, des éléments de réponse du gouvernement. Pas question donc pour les deux syndicats de lever les barrages.

Dans la nuit de lundi à mardi, les manifestants ont bloqué un dépôt supplémentaire à Saint-Jean-de-Braye (Loiret) portant à 17 le nombre de sites bloqués, selon la FNSEA. « Nous avons une rencontre avec le ministre de l’Agriculture à 15h00, assure Michel Joux, le président FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes. On en attend plein de choses, que le dialogue reprenne, d’être écouté et entendu sur une dizaine de sujets et notamment la compétitivité, la construction des prix, la surtransposition des normes. »

Quatre revendications

« Nous attendons des engagements concrets de la part du ministre à nos quatre revendications principales, pas de belles paroles », ajoute Jérôme Despey, le secrétaire général de la FNSEA. Quelles sont ces 4 revendications ? La « concrétisation dans la loi Alimentation d’un amendement contre les importations disruptives », « des engagements sur le coût du travail », « des études sociales et économiques » avant la mise en place de toute nouvelle norme, et des réponses concrètes sur l’accompagnement des plans de filière par le plan d’investissement du gouvernement.

« S’il y a des éléments appropriés, on lèvera le blocage », assure Jérôme Despey en ajoutant cependant qu’en l’absence d’éléments concrets, le blocage va continuer et qu’« il est reconductible à partir de mercredi ».

Avec l’AFP