Les Australiens sont habitués à leur climat capricieux, où les sécheresses et les pluies torrentielles peuvent se succéder. « Les agriculteurs y sont préparés, ce sont de bons gestionnaires, mais ils peuvent aussi être dépassés », déclarait récemment Malcolm Turnbull, Premier ministre australien.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Les Australiens sont habitués à leur climat capricieux, où les sécheresses et les pluies torrentielles peuvent se succéder. « Les agriculteurs y sont préparés, ce sont de bons gestionnaires, mais ils peuvent aussi être dépassés », déclarait récemment Malcolm Turnbull, Premier ministre australien.

Des troupeaux décimés

C’est le cas actuellement, alors qu’une sécheresse d’une rare violence s’abat sur le pays. Les cultures brûlent, les troupeaux sont décimés et les agriculteurs font face à de graves difficultés financières. L’état de sécheresse a été décrété en Nouvelle Galles du Sud, à l’est du pays. 60 % des terres du Queensland, au Nord-Est, sont aussi frappées par la sécheresse, selon les autorités locales.

Certains agriculteurs craignent de ne rien récolter à l’automne et à l’hiver prochain. « Cette sécheresse est plus longue et plus étendue

que tout ce que nous avons pu voir depuis plus de 50 ans », explique Malcolm Turnbull.

Faire venir du foin

Les éleveurs sont particulièrement impactés par cet épisode de chaleur. Faute de fourrage, ils sont contraints d’acheter du grain ou de faire venir du foin d’autres régions du pays pour nourrir les bêtes, dépensant chaque semaine des milliers de dollars supplémentaires.

Certains ont même dû abattre des animaux. « Ils tuent leurs bêtes car ils ne veulent pas qu’elles souffrent et parce qu’ils ne peuvent plus se permettre de les nourrir », explique Tash Johnston, cofondatrice de l’association Drought Angels (1). L’eau est quant à elle rationnée car les puits sont à sec.

Soutiens financier et psychologique

Face à cette situation, le gouvernement australien a décidé de soutenir la filière agricole et a annoncé des aides financières d’urgence d’un montant de 190 millions de dollars australiens. De l’argent a également été débloqué pour des services d’aide psychologique, afin de soutenir les agriculteurs parfois très isolés, les autorités redoutant notamment une hausse des suicides.

Le manque d’eau se fait également ressentir dans certaines villes qui ont décrété des restrictions. La sécheresse inquiète donc, au-delà de la filière agricole. Les prévisions ne sont pas rassurantes, les services météorologiques australiens ayant affirmé que la fin du calvaire « n’est pas pour tout de suite ».

Bertille Quantinet avec l’AFP

(1) Association de soutien aux agriculteurs australiens et au monde rural