De 2006 à 2015, le prix des terres agricoles en ex-RDA a été multiplié en moyenne par trois, voire par quatre à certains endroits. Derrière ce phénomène se cache un rattrapage du marché du foncier aiguillonné, qui, avec la crise financière et les faibles taux d’intérêt, a vu entrer des opérateurs extérieurs à l’agriculture, attirés par les rendements de grandes exploitations...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !