« Nous dénonçons la financiarisation de l’agriculture : des personnes extérieures au monde agricole viennent faire du fric sur la terre des paysans en les excluant », déplore Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne.

Ils « agissent en prédateur »

« Il y a de plus en plus de groupes financiers qui s’approprient des domaines et agissent en prédateur en spéculant sur des terres agricoles », a ajouté un autre militant du Var, Sylvain Ampostolo. « Ils font augmenter les prix et chassent les jeunes agriculteurs qui voudraient s’installer. »

Le groupe Bolloré a acquis en 2001 deux domaines dans le Var comprenant plus d’une centaine d’hectares de vigne au total : la Croix qui produit un cru classé et celui de la Bastide Blanche sur la presqu’île de Saint-Tropez.

« Il est grand temps de s’attaquer à cet accaparement des terres qui porte préjudice à l’installation, notamment des plus jeunes et met en péril la vitalité des territoires et l’emploi », insiste le syndicat dans son communiqué de presse.

« Priorité à ceux qui travaillent » la terre

« La terre doit aller en priorité à celles et ceux qui la travaillent et qui en ont besoin pour vivre, poursuit-il. Le foncier doit servir à installer des paysannes et paysans plus nombreux, non à agrandir celles et ceux qui n’en n’ont pas besoin. Il doit donc être protégé de la financiarisation. »

À la suite de la faillite des anciens propriétaires, l’industriel français a remporté la mise devant le tribunal de commerce en faisant la meilleure offre, explique le maire de La Croix-Valmer, Bernard Jobert, joint au téléphone.

« Je dis merci Vincent Bolloré, il a investi comme convenu pour améliorer le domaine qui était en déshérence totale et en a fait un domaine magnifique », souligne l’élu.

AFP