La secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a réuni un ensemble de représentants, dont certains du monde agricole, afin de définir « les modalités de suivi des mesures annoncées lors de la clôture des Assises de l’eau le 1er juillet dernier ». Cette seconde séquence consacrée au « grand cycle » de l’eau et lancée en novembre 2018 a permis de dégager « 23 actions pour faire face à la disponibilité de la ressource en eau réduite et aléatoire ».

Le comité de pilotage a permis de « définir les modalités de suivi et de présenter les avancées » sur trois objectifs prioritaires, explique le ministère. Cette concertation a donc ciblé la protection des captages prioritaires, les projets de territoire pour la gestion de l’eau et les paiements pour services environnementaux.

Un appel à la mobilisation

Au cours de cette journée, le ministère a aussi annoncé qu’une circulaire avait été envoyée aux préfets pour « attirer leur attention sur les actions qui nécessitent leur forte mobilisation ». Ils devront s’engager pour la protection des captages d’eau, l’émergence des projets de territoire pour la gestion de l’eau et la réutilisation des eaux usées traitées pour économiser la ressource.

Le suivi de la mise en place des différentes mesures a été confié au comité national de l’eau. Il sera chargé de « faire un point d’avancement à chacune de ses réunions, d’identifier les mesures qui n’avancent pas et les freins à lever ». La mise en place d’un tableau de bord du déploiement fera également partie de leurs objectifs.

Des actions face à la sécheresse

Le comité de pilotage a permis de mettre en avant les actions qui seront menées à court terme faisant suite à la sécheresse. Elles seront approfondies lors du comité de suivi hydrologique du mois de décembre. Il s’agira « d’identifier les territoires qui ont connu des ruptures d’alimentation en eau potable et d’engager les pratiques de prévention pour éviter que ces situations ne se reproduisent ».

Les entreprises de l’eau (FP2E) ont également annoncé qu’elles allaient finaliser leurs engagements pour répondre aux objectifs de la feuille de route. La Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR), quant à elle, mettra en place un club de bonnes pratiques sur les engagements d’économie d’eau tels que « la tarification incitative ou la sensibilisation aux gestes d’économie d’eau ». Elle profitera de son congrès à Nice du 1er au 3 octobre prochain pour diffuser ce projet.

M.B.