La nuit du 4 mai 2011 fut très dure pour les vignerons allemands. Un rude coup de froid a détruit tout espoir de rendement normal sur des milliers d'hectares. Les températures sont descendues jusqu'à -4°C durant la nuit.

Ce coup de froid est survenu au milieu d'une longue période chaude et ensoleillée. La végétation avait deux semaines d'avance. Partout, les pousses avaient déjà dépassé le stade des grappes séparées (stade 15 Eichhorn et Lorenz).

En Rhénanie-Palatinat, on parle de milliers d'hectares touchés sur un vignoble qui couvre plus de 50.000 ha. La profession estime les pertes de rendement jusqu'à 30 %, selon les secteurs touchés. En Franconie, vignoble de 6.000 ha, la situation est bien plus dramatique : on estime que de 40 à 60 % des vignes ont subi le gel. Dans certains secteurs, de 90 à 100 % des pousses ont gelé.

Même situation dans le Wurtemberg : sur les 11.000 ha de ce vignoble, la profession et le ministère de l'Agriculture estiment que 3.000 ha sont touchés par le gel, dont 1.500 où toutes les pousses sont détruites. Seul le pays de Bade avec ses 15.000 ha est peu touché.

Ce drame arrive à un moment où les vignerons allemands ont besoin de bons rendements pour regagner de l'argent. L'année dernière, ils avaient déjà dû se contenter d'une récolte de 25 % inférieure à 2009, un millésime sous la moyenne, en volume : avec une troisième année de petits rendements, la situation financière devient critique pour beaucoup d'exploitations.

La profession demande des aides d'urgence. Le gouvernement du Land de Rhénanie-Palatinat a déjà décidé des allégements fiscaux et des prêts à taux réduit. Le Bade-Wurttemberg devrait lui aussi adopter un programme d'aide.

W.E.