Bruno Le Maire a présidé ce jeudi 12 avril, une première réunion sur les conditions climatiques exceptionnelles du début de 2012 avec les syndicats agricoles représentatifs (FNSEA, Jeunes Agriculteurs, Confédération paysanne, Coordination rurale), l'APCA (chambres d'agriculture), les services des ministères de l'Agriculture et de l'Environnement, indique un communiqué du ministère de l'Agriculture.

Le ministre a demandé à ses services et aux préfets d'être « vigilants sur les conséquences des conditions climatiques très sèches de ce début d'année ». Les préfets feront remonter d'ici à un mois un point de la situation.

« Nous avons demandé dès maintenant la mise en place d'une cellule de crise par les chambres d'agriculture afin de surveiller l'évolution de la sécheresse », précise Gérard Durand, de la Confédération paysanne.

Un point sur les dispositifs mis en oeuvre au cours de la sécheresse de 2011 a aussi été réalisé (dérogations sur certains dispositifs de la Pac telle que la jachère ou les mesures agro-environnementales), indique le communiqué du ministère. Ceux-ci ont notamment permis la mobilisation de fourrages disponibles pour l'alimentation animale. Pour 2012, les services du ministère de l'Agriculture sont d'ores et déjà « mobilisés pour mettre en oeuvre, le cas échéant, les mesures nécessaires ».

Dans un communiqué diffusé jeudi soir, la Confédération paysanne dresse un bilan de la sécheresse de 2011 « beaucoup plus critique que celui qui a été présenté par le ministre lors de la réunion ».

Concernant le gel, Bruno Le Maire a écrit, le 10 avril 2012, à Dacian Ciolos, commissaire européen en charge de l'Agriculture, afin d'obtenir des souplesses pour le versement des aides de la Pac. Au cours de cette réunion, le ministre a assuré que les DPU (droits à paiement unique) seront versés sur les parcelles gelées, dès lors que les adventices sont correctement gérées, indique le communiqué du ministère.

« J'ai aussi alerté le ministre sur le prix du tourteau de colza qui grimpe à la suite des dégâts causés sur cette culture par le gel, souligne Gérard Durand. Il y a une réelle tension sur les matières protéiques actuellement. »

Lire également :

F.M.