Selon des chercheurs de l'université du Nebraska (Etats-Unis), qui ont publié leur étude dans Nature Climate Change, le carburant produit à partir des feuilles de maïs émettrait plus de gaz à effet de serre que l'essence traditionnelle.

Ces derniers auraient démontré qu'une grande quantité de dioxyde de carbone (CO2) serait libérée dans l'air à défaut d'être capturée dans le sol dépourvu des feuilles de la plante nécessaires au processus naturel. Ainsi, sur une surface d'environ 52 millions d'hectares répartis sur 12 États de la Corn Belt aux États-Unis, il a été constaté que l'élimination, même minime, des résidus de cultures de maïs génère annuellement environ 100 grammes de CO2 par mégajoule d'énergie de biocarburant produit.

Les émissions liées à cette production de biocarburant dépasseraient de 7 % les émissions générées par l'essence classique et se situeraient à 62 grammes au-delà du seuil établi par la réduction de 60 % des émissions de gaz à effet de serre qu'exige l'Energy Independence and Security Act, une loi de 2007.

C.F.