Les trois semaines de froid de l'hiver n'ont finalement pas fait de dégâts dans les vergers, mis à part dans le sud de l'Espagne. C'est ce qui ressort des prévisions de récolte annoncées au Medfel (1), qui s'est tenu les 24, 25 et 26 avril à Perpignan. Après une campagne de 2011 plutôt tardive, 2012 devrait marquer un retour à une précocité normale, si la météo de mai ne vient pas bousculer les calendriers.

En melon, les surfaces sont en légère hausse en France, avec 14.480 ha. Les plantations se sont passées dans de bonnes conditions jusqu'à la mi-avril puis les pluies ont perturbé les chantiers. Dans le Sud-Est, la récolte plutôt précoce devrait démarrer en mai sous abri. Au Maroc, les récoltes ont pris du retard, ce qui fait craindre un télescopage avec l'Espagne en début de saison.

Pour les pêches et nectarines destinées au marché du frais, les prévisions de récolte au niveau européen de 2.988.000 t se situent à un niveau stable par rapport à 2011, et progressent de 7 % par rapport à la moyenne de 2006 à 2010. Pour les pavies, les surfaces continuent à diminuer. Les prévisions de récolte sont de 748.500 t, et reculent de 7 % par rapport à 2011 et de 24 % par rapport à la moyenne interannuelle.

La vague de froid de l'hiver a perturbé la floraison des variétés les plus précoces dans le sud de l'Espagne, ce qui devrait réduire le potentiel en début de campagne. Dans ce pays, la production de pêches plates continue à augmenter, avec 126.300 t annoncées. En France, les surfaces ont encore reculé de 600 ha, et la production devrait passer en dessous de la barre des 300.000 t. Les prévisions de récolte sont de 119.700 t dans le Languedoc-Roussillon, 91.600 t en Provence et 58.900 t dans le Rhône-Alpes. L'année 2011 a été très difficile pour les producteurs, et la consommation a aussi marqué le pas. Cette année, l'AOP pêches et nectarines met en place des tests de segmentation de l'offre en rayon avec plusieurs enseignes. L'objectif est de regagner des parts de marché et de la valeur ajoutée.

En abricot, la vague de froid n'a pas réduit le potentiel et la récolte s'annonce bonne. Au niveau européen, elle se situerait à 593.000 t. La hausse est de 21 % par rapport à 2011, qui était une année plutôt déficitaire, et de 14 % par rapport à la moyenne interannuelle. En France, la hausse serait de 11 % par rapport à 2011, avec des prévisions de 170.000 t réparties entre 40.400 t pour le Languedoc-Roussillon, 101.300 t pour le Rhône-Alpes et 28.500 t en Provence. La progression des surfaces ralentit et l'objectif est désormais plutôt de conforter les marchés.

 _____

(1) Medfel : salon international d'affaires de la filière des fruits et légumes de l'Euroméditerranée.

F.E.