La France et l'Allemagne convergent sur les « trois principes essentiels » que représentent les règles de concurrence dans le secteur agricole, une rémunération nourricière des producteurs, et la régulation des marchés, rapporte un communiqué du Sénat vendredi, à l'issue de la rencontre d'une délégation de parlementaires français avec leurs homologues allemands.

Menée par le président du Sénat Gérard Larcher, la délégation a rencontré à Berlin les autorités gouvernementales et les parlementaires allemands, pour évoquer la crise agricole et les perspectives d'avenir de la Pac. « Français et Allemands, aujourd'hui plus que jamais, sont la clé de voûte d'une Pac solide, durable et équitable », a soutenu la délégation de parlementaires français.

« Ensemble, nous devons trouver des cheminements ainsi que de nouvelles méthodes de coopération pour inventer la Pac de demain, indispensable à l'indépendance alimentaire de l'Europe », a indiqué Gérard Larcher.

Le président du Sénat a indiqué devant les parlementaires et les syndicats agricoles allemands qu'il souhaite mettre en place une cellule de liaison interparlementaire. Selon le Sénat, elle doit permettre à la France de resserrer les liens avec le Parlement allemand et le Parlement européen « pour élaborer des positions communes » et assurer « un avenir à l'agriculture européenne », a insisté Gérard Larcher.

Français et Allemands convergent sur trois principes essentiels, rapporte le communiqué :

- des règles de concurrence à repenser au regard des spécificités de l'agriculture,

- une rémunération des produits alimentaires qui permettent aux producteurs de vivre,

- une régulation des marchés à adopter pour donner des perspectives.

Gérard Larcher s'est également « réjoui » de l'accueil « favorable » du gouvernement allemand aux principes de contractualisation entre producteurs, transformateurs et distributeurs.