« Nous allons ouvrir le marché des terres […] à partir du 1er octobre » 2020, a annoncé, lors d’une rencontre avec des agriculteurs nationaux, le Premier ministre, Oleksiï Gontcharouk, cité par l’agence Interfax-Ukraine. À ses côtés, le président a assuré que « seuls les citoyens ukrainiens ou compagnies ukrainiennes » pourraient vendre ou acheter ces terres.

Aux Ukrainiens uniquement

« Nos terres appartiennent aux Ukrainiens. Le modèle qu’on propose avec le gouvernement prévoit que seuls les citoyens ou groupes ukrainiens puissent acheter ou vendre les terres, a déclaré Volodymyr Zelensky sous les applaudissements. Les mythes sur des Arabes, Chinois ou des extraterrestres qui vont exporter nos terres dans leurs wagons, c’est du délire. »

Selon des sondages, entre la moitié et deux tiers des Ukrainiens sont opposés à la vente des terres. Jadis baptisée le « grenier à blé de l’Europe », l’Ukraine dispose de 32,5 millions d’hectares de terres arables, soit près du double de la France, parmi lesquelles les plus fertiles du monde.

Actuellement, seulement de la location

Actuellement, les terres agricoles ukrainiennes ne sont disponibles qu’à la location, ce qui freine fortement les investisseurs dans ce secteur, devenu néanmoins ces dernières années un des moteurs de l’économie nationale : il génère près de 15 % du produit intérieur brut et représente 40 % des exportations.

Selon les estimations de la Banque mondiale, l’ouverture du marché des terres pourrait contribuer à une hausse supplémentaire du PIB à hauteur de 2 % pendant plusieurs années dans ce pays, actuellement parmi les plus pauvres en Europe.

AFP