Eleveurs et fabricants d'aliments n'ont d'autre choix que de répercuter « immédiatement et intégralement » la « flambée sans précédent des prix de l'ensemble des matières premières pour l'alimentation animale », avertit Coop de France nutrition animale dans un communiqué diffusé lundi.

« Depuis la fin de décembre dernier, le prix des céréales est reparti à la hausse pour retrouver les sommets atteints en 2007-2008 ou au début de 2011. »

« Le blé fourrager rendu Bretagne a ainsi progressé de près de 40 % et l'orge de près de 30 %. Quant au maïs de la récolte de 2011, la hausse atteint 50 % ! »

« Mais le plus important vient de la hausse spectaculaire des matières riches en protéines : sur la même période, le prix du tourteau de soja a progressé de 280 à 550 €/t, soit un quasi-doublement, entraînant avec lui tous les autres tourteaux. » 

« On assiste ainsi à une flambée sans précédent des prix de l'ensemble des matières premières pour l'alimentation animale, dont le coût moyen mesuré par l'indice IPAA (1) a bondi de 55 % depuis le début de l'année. »

« Pour les professionnels de la nutrition animale, la hausse actuelle du prix des tourteaux va représenter, à elle seule, un surcoût de près de 1,1 milliard d'euros en année pleine, tandis qu'une augmentation de 50 €/t du prix des céréales entraîne un surcoût de 0,5 milliard d'euros. »

« Les comptes d'exploitation des fabricants d'aliments et des éleveurs ne pourront pas tenir sans répercuter immédiatement et intégralement ces hausses tout au long de la filière jusqu'au consommateur. Il en va du maintien de l'élevage en France, et plus globalement, de l'ensemble de notre secteur agricole et agroalimentaire », conclut le communiqué.

_____

(1) IPAA : indice des prix des matières premières pour l'alimentation animale.