Faisant suite au constat du déficit, de l'ordre de 5,6 milliards d'euros en 2013, de la filière de la forêt et du bois en France, et ce malgré une augmentation de la demande, Fransylva, la marque des Forestiers privés de France, appelle à un triple choc dans un communiqué du 26 juin.

Pour son président, Henri Plauche Gillon, ce choc doit s'appuyer sur le trépied :

- La constitution d'un fonds stratégique forêt-bois,

- la mobilisation des 3,5 millions de propriétaires privés,

- l'amélioration de la compétitivité des industries de transformation du bois.

En effet, si le secteur du bois brut est bénéficiaire, les secteurs de la transformation sont en déficit, notamment dû à l'exportation des bois bruts pour les réimporter sous forme de produits transformés.

L'enjeu est d'autant plus important que les forêts privées représentent 12 millions d'hectares, ce qui situe les atouts potentiels de la troisième forêt d'Europe en surface.

© GFA

Dans ce contexte, Fransylva demande au gouvernement de créer un compte d'affectation spéciale pour la forêt, à hauteur de 150 millions d'euros. Ceci afin d'accompagner « les investissements nécessaires au renouvellement de la forêt française » avec une vision du long terme spécifique à cette filière. Pour les Forestiers privés de France, « il faut éviter le trou de production qui commence à se creuser ».

T.D.