Utilisant la technologie de l'imagerie par satellite Geosys, achetée en décembre par la coopérative américaine Land O'Lakes, Agridis propose désormais la fertilisation de précision à partir de l'outil « maison » Cérélia.

Développée dès cette année sur 1.000 ha, soit 30 exploitants, dont 10 équipés pour la modulation intraparcellaire, dans l'ouest de la France et en collaboration avec les Ets. Cosset, Agridis affiche pour objectif d'atteindre une couverture et un service de modulation de l'apport d'engrais pour 10.000 ha en 2015. 

Le groupe national rassemblant 92 distributeurs compte atteindre cet objectif grâce à l'engagement de plusieurs de ces entreprises. « En tant que réseau, nous inscrivons cette action à la fois dans un rôle d'accompagnement et d'animation mais aussi dans la mutualisation économique des outils, et en tant que force de propositions, pour l'adoption de nouvelles pratiques », explique Pascal Ramondenc, directeur du réseau et du développement du groupe Agridis-Holdis.

Alors que les prises de vue et les conseils par drones se développent, Agridis veut « se différencier par une approche et un accompagnement technique expert », précise Florent Babin, chef de produits dans les outils de pilotage chez Agridis. Mais cela n'empêche pas la société de « regarder ce qui se passe dans le monde des drones », confie Pascal Ramondenc, ni de prendre contact avec certains de ses acteurs.

Vincent Gobert