« J’ai longtemps soutenu la thèse que l’agribashing n’existait pas. Mais je crois aujourd’hui qu’il existe bel et bien, qu’il est entretenu par un petit nombre de personnes qui veulent déstabiliser l’agriculture française. Leurs campagnes sont d’ailleurs reprises par certains de mes confrères. J’ai été la cible de cet agribashing malgré moi, parce que j’ai proposé des thè...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !