« Avec environ 1,7 million de tonnes (Mt) de pommes de terre exportées chaque année sur une production de 5,3 à 5,5 Mt selon les années, la France est le premier exportateur européen et même mondial de pommes de terre, a souligné Florence Rossillion, directrice du CNIPT (Comité national interprofessionnel de la pomme de terre. Mais l’Allemagne nous talonne de près. La France a par exemple une position dominante dans des pays comme l’Espagne et l’Italie. Toutefois, on constate depuis peu que le flux de vente de l’Allemagne vers ces pays du sud de l’Europe s’accroît. » Pour elle, il faut donc être vigilant.

Des pommes de terre fritables pour les Espagnols

« Nos principaux concurrents sont l’Allemagne et la Pologne, indique également Lucas Lemaire, exportateur de pommes de terre, et président de la commission d’exportation à Fedepom. Par rapport à ces deux pays, nos tubercules ont une couleur de peau magnifique, ce qui est apprécié, mais elles ont aussi des points faibles. Le marché espagnol, par exemple, veut à 80 % des pommes de terre fritables. Pour éviter la présence de sucres réducteurs lors de la cuisson des frites, les pommes de terre doivent être conservées à une température de 7 à 8°C. Or ce n’est pas le cas de nos pommes de terre, et certains distributeurs espagnols commencent à parler de tests de cuisson lors de l’achat de nos lots ». Selon lui, il faudrait aussi faire de gros efforts en matière de certification. « Le Moyen-Orient veut des produits certifiés Global Gap, il faut répondre à leur attente », indique-t-il.

« La consommation de pommes de terre en Europe a tendance à baisser, remarque de son côté Raquel Izquierdo de Santiago, secrétaire générale de l’association Europatat. Il faut trouver des solutions pour inciter nos concitoyens européens à consommer des pommes de terre, par exemple en les introduisant dans des plats du monde. Les Européens sont très demandeurs de nouvelles recettes. Nous essayons aussi d’ouvrir nos exportations hors Union européenne, à de nouveaux marchés, au Moyen-Orient par exemple ».

Deuxième exportateur mondial de plants

Les plants de pommes de terre produits en France sont aussi appréciés à l’étranger. « Sur les 550 000 t produites chaque année, environ 160 000 sont exportées, détaille Bernard Quéré, directeur de la Fédération nationale des producteurs de plants de pommes de terre, FN3PT. L’exportation ne cesse de progresser puisque les volumes vendus hors de France ont doublé en dix ans. La France se place aujourd’hui au deuxième rang mondial avec 10 % de parts de marché, derrière les Pays-Bas, loin devant avec 65 % du marché. »

Là encore, il faut rester vigilant et continuer à affiner notre offre de variétés et de plants avec nos acheteurs, en tête desquels l’Algérie et l’Egypte. Pour Michel Straebler, secrétaire général de la section des pommes de terre au Gnis (Groupement national interprofessionnel des semences et plants), « il faut aussi réduire au maximum les délais d’obtention des certificats phytosanitaires ».

B.C.