François Hollande a déclaré samedi qu'il souhaitait convaincre ses partenaires européens de la nécessité d'« un étiquetage obligatoire » de l'origine des viandes entrant dans la composition des plats cuisinés, soulignant que cela prendrait « quelques mois ».

« J'ai pris un engagement qui est de faire en sorte qu'au plan européen nous allions vers l'étiquetage obligatoire des plats cuisinés », a déclaré le président français, lors d'une conférence de presse en début d'après-midi au Salon de l'agriculture.

« Mais dans cette attente, parce que ça prendra quelques mois, le temps de convaincre nos partenaires européens de cet étiquetage obligatoire, les distributeurs et les producteurs se sont entendus en France pour aller vers cet étiquetage, vers cette traçabilité », a-t-il ajouté.

« Et les accords qui viennent d'être signés [en France, ndlr] permettront au consommateur d'avoir toute sécurité sur ce qu'il achète dans ces surfaces ; et c'est aussi pour les producteurs, et notamment les producteurs bovins, une garantie que leurs produits seront bien intégrés dans les filières des plats cuisinés », a encore dit François Hollande.

Interrogé ensuite sur le moyen d'imposer cet étiquetage de l'origine des viandes à toute l'UE, le président de la République a répondu : « Nous n'avons pas d'autre choix que la négociation. » D'après lui, « la généralisation » à beaucoup de pays européens – aujourd'hui à l'Italie – du « scandale de la fraude » à la viande de cheval impose d'avoir avec la viande des plats préparés « la même exigence sur la traçabilité » qu'avec celle vendue en boucherie.