La négociation sur l'étiquetage de la viande bovine clonée « est désormais suspendue », a indiqué ce jeudi 16 mai 2013 la députée européenne Sophie Auconie (PPE/Nouveau Centre), rapporteure d'un projet de loi sur « l'identification électronique des bovins et l'étiquetage de la viande bovine ».

Elle exprimait sa déception à l'issue de la troisième réunion politique entre la Commission européenne, le Conseil de l'UE et le Parlement européen qui s'est tenue le mercredi 15 mai 2013 sur la question de « l'identification électronique des bovins et l'étiquetage de la viande bovine ».

Selon la députée, même si « d'énormes progrès » ont été réalisés sur les autres sujets majeurs de cette proposition législative, la négociation sur l'étiquetage de la viande issue d'animaux clonés « ne pourra reprendre qu'au moment où la Commission et le Conseil accepteront de répondre aux demandes des citoyens » en ce qui concerne l'identification de cette viande.

« Alors que les citoyens européens sont fermement opposés à la consommation de viande bovine provenant d'animaux clonés et qu'une écrasante majorité du Parlement européen a voté en faveur d'un étiquetage obligatoire de ce type de viande lors de la session plénière de septembre dernier, la Commission et le Conseil se murent dans un silence complice sur ce sujet si sensible », déplore la députée.

Elle s'interroge sur les raisons du retard de la publication d'une étude d'impact et d'une proposition législative sur l'étiquetage obligatoire de la viande issue d'un animal cloné que la Commission annonce comme « imminente » depuis des mois. Elle suspecte la Commission de vouloir traîner les pieds alors qu'un accord pour un « possible partenariat transatlantique sur le commerce et l'investissement » entre Bruxelles et les États-Unis se négocie en ce moment.