Le maïs va perdre un peu de terrain dans les cultures américaines en 2008, avant de remonter nettement, poussé par l'ampleur grandissante de la production d'éthanol, selon les projections du département américain à l'Agriculture (USDA) faites jusqu'en 2017.

«En 2008, il y aura certains changements dans la répartition des cultures, aux dépens du maïs et en faveur du blé et des graines de soja à cause de la réduction mondiale de l'offre de ces deux produits agricoles» sur le court terme, explique l'USDA dans son rapport annuel, publié mardi.

Renchéris par des stocks mondiaux qui fondent et une demande internationale toujours aussi vigoureuse, les prix du blé et du soja américain sont montés depuis le début de l'année à des niveaux historiques, franchissant les barres respectives de 11 dollars (le boisseau) et de 13 dollars (le contrat).

Pour 2008, l'USDA anticipe que 88 millions d'acres (environ 35,6 millions d'hectares) seront semés en maïs, moins que les 93,6 millions de 2007.

Les superficies semées en blé devraient elles monter de 60,4 millions d'acres à 65 millions et celles en soja de 63,7 millions à 71 millions d'acres.

Le département américain à l'Agriculture dévoilera à la fin de mars ses estimations précises de semis pour la campagne agricole de 2008.

D'après le «scénario idéal» établi par l'USDA, qui se base notamment sur une croissance économique mondiale régulière et le maintien de prix du pétrole élevés, la superficie cultivée de maïs va ensuite «progresser et rester au-dessus de 90 millions d'acres, vu que l'augmentation de la production d'éthanol accroît la demande en maïs, son prix et le retour sur investissement».

En effet, «la production d'éthanol aux Etats-Unis a augmenté rapidement ces dernières années, passant de moins de trois milliards de gallons (environ 11,3 milliards de litres) en 2003 à plus de six milliards de gallons (22,7 milliards de litres) en 2007», souligne l'USDA. Cette tendance devrait se poursuivre, puisque le département projette une production de 12 milliards de gallons en 2010 et de plus de 14 milliards en 2017.

Par conséquent, «presque un tiers de la récolte de maïs sera utilisée pour fabriquer de l'éthanol d'ici à 2009/2010», affirme l'USDA.

Ces anticipations pourraient être rapidement relevées, puisque les économistes du ministère américain n'ont pas intégré dans leur hypothèse de travail la nouvelle loi sur l'énergie, promulguée en décembre

Ce texte prévoit que l'utilisation de l'éthanol de toute source atteigne 136 milliards de litres par an d'ici à 2022, soit six fois plus qu'aujourd'hui.