Voulus par le gouvernement, les États-généraux de l’alimentation se poursuivent au rythme des ateliers thématiques. Les députés ne veulent pas être en reste. La commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale se prépare à un marathon de trois jours d’auditions pour discuter du partage de la valeur au sein de la chaîne agroalimentaire avec les principaux intéressés. Histoire de se faire sa propre opinion.

Au programme des 22 rencontres programmées : les chambres d’agriculture, l’Inra ou encore l’Autorité de la concurrence mardi, les cinq syndicats agricoles mercredi (FNSEA, Jeunes Agriculteurs, Coordination rurale, Confédération paysanne et Modef) et des industriels jeudi (Ania, Bigard, Lactalis). Sont aussi attendus des représentants de la grande distribution (Fédération du commerce et de la distribution, Intermarché, Leclerc) et des consommateurs (UFC-Que Choisir, 60 millions de consommateurs…).

Il s’agit bien pour les députés d’agir « en appui » aux États-généraux, pour ne pas être pris au dépourvu en cas de poursuite des travaux sur la scène législative, fait savoir la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. Une manière également de ne pas rester passif sur le sujet, face aux initiatives du pouvoir exécutif.

Les auditions seront diffusées en direct sur le site internet de l’Assemblée nationale, à partir de 8h30 mardi.

Alain Cardinaux