Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La rémunération des agriculteurs dans les mains de l’aval

© C. Faimali/GFA

La Coordination rurale et la FNPL voient une provocation dans le choix des présidents d’ateliers des États-généraux de l’alimentation. Au cœur de la polémique, celui sur les prix rémunérateurs aux agriculteurs, dont la présidence est confiée aux distributeurs et aux industriels.

Cet atelier sera présidé par François Eyraud, directeur général de « produits frais Danone » et Serge Papin, PDG de Système U. Pour la Coordination rurale, ses orientations sont déjà claires : les présidents désignés sont « loin d’être à la hauteur des espérances » du syndicat qui y voit « une nouvelle provocation », dans son communiqué paru ce vendredi. « Plusieurs acteurs qui ont largement contribué à mener les agriculteurs dans la situation catastrophique dans laquelle ils se trouvent aujourd’hui président des ateliers ».

Une neutralité à prouver

Pour la FNPL, le choix du ministère « a de quoi surprendre », selon son communiqué du 4 août. « Comment peut-on sérieusement penser résoudre le problème de la rémunération des agriculteurs et des producteurs de lait, sur le long terme, en donnant la présidence de cet atelier à cet étonnant binôme ? »

« Les agriculteurs français sont les variables d’ajustement en bout de chaîne, des acteurs de l’aval qui confortent leur marge avant de s’interroger sur le niveau de rémunération des producteurs. Pourquoi cette logique changerait à la faveur d’un atelier « drivé » par des opérateurs économiques de l’aval qui décideraient d’être neutres en mettant de côté leurs propres intérêts financiers et ceux de leurs collègues ? » s’interroge encore la FNPL.

La liste des participants très attendue

Dans un souci d’équilibre entre grande distribution et industriels, la FNPL, tout comme la Coordination rurale, réclame à participer à cet atelier 5. Le ministre de l’Agriculture devrait prochainement arrêter la liste de ses contributeurs. Les quatorze ateliers qui débuteront fin août, dureront trois mois.

Rosanne Aries
Vingt présidents pour quatorze ateliers

Le ministère de l’Agriculture a présenté, le 3 août 2017, la liste des hommes et femmes qui présideront les groupes de travail formés à l’occasion des États généraux de l’alimentation. Il s’agit « de personnalités, dont la compétence et la connaissance reconnue sur ces différentes thématiques favoriseront l’émergence de propositions et d’initiatives concrètes et innovantes », a-t-il argumenté.

On y trouve des producteurs, des transformateurs, des distributeurs, des consommateurs, des personnes issues de la restauration collective, des élus, des partenaires sociaux, des acteurs de l’économie sociale, solidaire et de la santé, des organisations non gouvernementales, des associations caritatives et d’aide alimentaire à l’international, des banquiers, des assurances… Et aux commandes de l’ensemble, le ministre de l’Agriculture qui réaffirme, dans un communiqué, son rôle de pilote des États-généraux.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct