«Les éleveurs d'équidés doivent payer depuis quelques mois des sommes exorbitantes pour l'enlèvement de leurs animaux morts par les sociétés d'équarrissage», a déploré la Coordination rurale, lundi dans un communiqué.

«Alors que jusque-là l'enlèvement d'équidés était gratuit, les éleveurs reçoivent des factures où on leur demande de participer au Service public de l'équarrissage (SPE) pour des sommes variables. De nulle hier, la participation des éleveurs au SPE avoisine aujourd'hui 100% des coûts, voire plus!», poursuit-elle

«Cette situation est inacceptable et surtout dangereuse pour la santé publique», alerte le syndicat. «En colère, certains acteurs de la filière équine se disent en effet prêts à se débarrasser des cadavres par leurs propres moyens, car ils refusent cette lourde facturation imposée brutalement et sans qu'ils aient été consultés ni même informés au préalable», explique-t-il.

La Coordination rurale précise qu'elle a «saisi le ministre de l'Agriculture, Michel Barnier, pour lui faire part de ce grave problème».

Pour elle, le SPE «doit rester un service public et la mort d'un animal ne doit pas être considérée comme une pollution, alors qu'elle représente déjà une lourde perte pour les professionnels. C'est à cette seule condition que tout danger sanitaire pourra être écarté».