« Nous devons dépasser le clivage entre le monde de l'écologie et le monde agricole », a expliqué vendredi Michel Griffon, directeur général adjoint de l'ANR (Agence nationale de recherche) et président de l'AEI (Association internationale pour une agriculture écologiquement intensive) dont le lancement a eu lieu à Paris, le 22 janvier 2010.

L'association a donc été créée pour favoriser les débats d'idées afin de développer de nouvelles techniques culturales pour réussir à produire plus et mieux avec moins de terres, d'eau, d'énergie, de chimie tout en préservant la biodiversité et en diminuant le changement climatique.

Agriculteurs, coopératives, chercheurs, étudiants peuvent adhérer à cette association qui se veut ouverte à tous et à tous les points de vue.

Le site internet, qui sera ouvert en mars 2010, regroupera des articles de chercheurs mais présentera aussi les résultats d'expérimentations réalisées par les adhérents sur des sujets tels que la réduction des doses d'azote, le chaulage, le binage, l'agriculture intégrée... Cela « afin de les diffuser au plus grand nombre et de créer un mouvement », a précisé le chercheur. Les observations de terrain des agriculteurs devraient ainsi être davantage valorisées.

Une rencontre « réelle » entre les internautes sera organisée les 28 et 29 octobre 2010 à l'abbaye de Fontevraux, dans le Maine-et-Loire.

Retrouvez l'interview de Michel Griffon, directeur général adjoint de l'ANR et président de l'AEI, dans le bloc ci-dessous.

F.M.