A quelques jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture, France Nature Environnement (FNE) a interrogé les Français sur leur perception « des menaces qu'une certaine agriculture fait peser sur leur environnement sur leur santé et leur alimentation ».

Pour mémoire, l'association avait déjà joué les trouble-fête l'an dernier en lançant une action de communication à ce sujet, « profitant de cette grand-messe annuelle pour faire entendre une voix dissonante au milieu des louanges habituelles ».

Il ressort du sondage réalisé par l'institut CSA que 56 % des Français sont favorables à la réduction du nombre de porcs élevés en Bretagne. « Ce résultat démontre que nos concitoyens ont compris l'importance d'agir sur les causes de la prolifération des algues vertes. Ils mesurent aujourd'hui les limites du ramassage des algues vertes qui, outre son coût, ne règle pas le problème de fond », appuie FNE.

73 % exprime leur inquiétude quant à la présence de pesticides dans les produits alimentaires. « Cela souligne les attentes de la population en ce qui concerne l'application du plan Ecophyto, de réduire de 50 % l'usage des pesticides, relate l'association environnementale. Le chemin est encore long puisque la tendance est à une augmentation de l'utilisation de ces produits. »

L'enquête démontre également que les Français estiment aussi que la nouvelle législation sur l'étiquetage « sans OGM » des denrées alimentaires d'origine végétale, animale ou apicole est une bonne chose (à 91 %).

« Les chiffres du sondage confirment que les Français continuent de se soucier des thématiques environnementales malgré le peu de place que la campagne présidentielle leur réserve. Nous espérons que les candidats à l'élection présidentielle liront ce sondage qui démontre les inquiétudes et les attentes d'un grand nombre d'électeurs soucieux de la qualité de leur alimentation, de leur santé et de leur environnement. A eux de leur répondre à l'occasion du Salon de l'agriculture », considère Bruno Genty, président de FNE.