La campagne d'affichage lancée par l'association écologiste France Nature Environnement (FNE), qui vise l'agriculture avec des messages chocs, est un « scandale » et une « provocation à quelques jours du Salon de l'agriculture », a dénoncé mercredi le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire.

Dans une tribune publiée mercredi par le quotidien Libération, le ministre se dit « partagé entre colère et indignation » de voir FNE « se livrer à des raccourcis inacceptables sur le vieux refrain agriculteurs=pollueurs ».

« Depuis des années, les agriculteurs français ont fait le choix de l'environnement. Par nécessité : le coût croissant des engrais, les risques des pesticides sur leur santé et la nature, la pollution des nappes phréatiques », ou « par conviction », soutient Bruno Le Maire.

Cette campagne publicitaire est un « scandale », selon le ministre, « car elle oublie la détresse qui a conduit certains agriculteurs au suicide ».

Bruno Le Maire affirme également que le gouvernement a « décidé d'accompagner le passage d'une agriculture intensive à une agriculture toujours plus respectueuse de l'environnement ».

« Nous continuerons d'apporter notre soutien à la mise aux normes des exploitations. Nous aiderons les élevages extensifs à l'herbe. Nous maintiendrons rigoureusement le même niveau d'aide au bio. Mais accompagner un mouvement n'est pas le précipiter », affirme le ministre, qui rappelle que les agriculteurs français « sont soumis à une concurrence européenne sans merci ».

Le ministre propose d'avancer en se concentrant sur trois points :

- aider les agriculteurs,

- harmoniser les règles européennes,

- mettre en oeuvre une réciprocité internationale.

La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a pour sa part défendu « le droit d'expression » des associations environnementales, estimant que « c'est un principe fondateur du Grenelle de l'environnement ».

« FNE a choisi d'affirmer ses inquiétudes sur un certain modèle agricole avec des visuels un peu chocs. C'est un style contemporain qu'on trouve dans d'autres campagnes de communication, y compris dans certaines campagnes de communication de l'Etat », a-t-elle déclaré.

« De façon évidente, ils ne faut pas prendre les visuels au pied de la lettre, ils sont là pour faire réagir », a-t-elle ajouté.

A télécharger :

Lire également :