« Pendant des dizaines d’années avec la betterave, on roulait et tout fonctionnait », repense avec nostalgie Patrice Durand, directeur de la FNEDT (Fédération Nationale des Entrepreneurs des Territoires). Mais la fermeture des sucreries de Bourdon et de Cagny est venue bouleverser la situation pour les planteurs et les entrepreneurs chargés de l’arrachage. « De nombreux entrepreneurs de ces bassins betteraviers se sont spé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
25%

Vous avez parcouru 25% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !