Le prix est le principal facteur de choix des engrais pour 43% des agriculteurs, selon un sondage réalisé par BVA pour le mensuel Agrodistribution qui paraîtra au début de janvier 2009. Ce critère enregistre une progression de 15 points par rapport à l'enquête réalisée un an auparavant.

Ce résultat apparaît logique dans un contexte de prix des fertilisants haussier. Entre janvier 2007 et août 2008, le prix des engrais a globalement flambé de 75%, pesant sur les coûts de production. Les engrais cristallisent ainsi toutes les inquiétudes pour la campagne en cours, malgré une récente détente sur l'acide phosphorique et l'urée, depuis cet automne. Cela devrait bientôt intervenir sur la potasse et l'ammonitrate.

Selon le sondage, le prix est le principal critère de choix pour 50% des céréaliers de l'Ouest et 62% chez ceux de moins de 35 ans.

Pour autant, un quart des agriculteurs prend en compte prioritairement les besoins de la plante et/ou du sol pour ses choix d'engrais. C'est 7 points de plus que l'an dernier. Dans le Centre, cette proportion est portée à 30%, presque au même niveau que le prix (34%).

En revanche, parmi les critères qui pâtissent le plus de cette nouvelle donne, on peut citer «la facilité d'emploi» (-1 point, à 3%), «le respect de l'environnement» (-2 points, à 1%) et surtout «l'efficacité» (-12 points, à 7%).

Malgré une légère progression de 2 points, le conseil technique délivré par la distribution ne fait toujours pas mouche, du moins en premier facteur de choix d'un engrais. Cet item est seulement cité par 5% des agriculteurs.

Les technico-commerciaux de la région Centre et ceux exerçant dans les zones céréalières peuvent toutefois se consoler: respectivement 9 et 11% des agriculteurs de cette région et des producteurs de grandes cultures leur font confiance pour leurs achats d'engrais.

Nos dossiers:

La fertilisation azotée des céréales

Ne pas négliger la fertilisation de fond

R.F.