Euronext a annoncé ce lundi 14 novembre le lancement de son nouveau contrat à terme pour les engrais azotés. « Un contrat qui permet de connaître le coût de sa récolte en connaissant le prix de ses intrants », explique Olivier Raevel, chargé des matières premières chez Euronext, qui rappelle également que les engrais représentent 17 à 19 % des coûts opérationnels d’une exploitation. De plus, ce contrat permettra à un agriculteur « de gérer ses intrants en même temps que ses récoltes », a-t-il ajouté.

Complète l’offre en matières premières d’Euronext

Ce contrat à terme à livraison physique complète l’offre en matières premières d’Euronext en fournissant « aux acteurs du marché une palette d’outils leur permettant de mettre en place une stratégie de gestion des risques de prix et de couvrir plus efficacement leurs positions, aussi bien sur les intrants que sur les grains et oléagineux, notamment le blé, le colza et le maïs », indique le groupe dans un communiqué.

Le groupe a sélectionné le port de Rouen comme point de livraison car c’est « une zone d’échanges majeure dans l’importation des engrais ainsi que dans l’exportation des matières premières agricoles comme le blé ».

Le cycle initial des échéances est mars, juin, septembre et novembre, couvrant un horizon de cotation de plus de deux ans, afin d’être en adéquation avec la saisonnalité des semis, des épandages et des récoltes pour les différents types de culture, ajoute Euronext.

Une dizaine de lots proposés à la vente aujourd’hui

Lundi, à la mi-journée, une dizaine de lots étaient proposés à la vente à 156 euros, et une dizaine de lots à l’achat à 140 euros, selon le site d’Euronext, qui ne faisait état d’aucune transaction menée à son terme. « C’est compliqué de lancer un nouveau contrat. Euronext en a tenté plusieurs, un deuxième contrat sur le blé, sur le lait, l’orge de brasserie, tout ça n’a pas marché », commentait pour l’AFP un analyste, qui se montrait « très sceptique », tout en souhaitant que « ça marche ».

Avec l’AFP