Un décret du 17 janvier 2011, publié au Journal officiel du 18 janvier, définit les règles visant à simplifier les procédures lors des regroupements ou modernisations des élevages de bovins, porcins et volailles.

Les dispositions du décret permettent d'exonérer d'étude d'impact et d'enquête publique les regroupements et les modernisations d'élevages de bovins, porcs et volailles déjà soumis à la réglementation des installations classées lorsqu'ils répondent à certaines conditions.

Au titre de ce régime simplifié, le pétitionnaire soumet au préfet un dossier démontrant que le regroupement ou la modernisation n'entraîne ni pollution de l'environnement, ni nuisances pour le voisinage qui ne soient maîtrisées. Il ne doit en résulter, en particulier, aucune modification substantielle du plan d'épandage de l'installation ou du total des effectifs d'animaux. Ainsi, dans le cas des regroupements, pour l'ensemble des installations, l'augmentation globale des animaux ne doit pas dépasser 5 %.

En outre, pour l'installation du regroupement, l'effectif final doit être inférieur à deux fois l'effectif initial et l'augmentation de l'effectif doit rester inférieure à deux fois le seuil de l'autorisation, soit, par exemple, 200 vaches laitières ou 900 porcs. De plus, pour les porcs et les volailles, le regroupement ne doit pas entraîner le dépassement des seuils européens (fixés à 2.000 porcs charcutiers, 750 truies ou 40.000 volailles).

Ces limitations pourraient suffire à des élevages bovins, mais manque de souplesse pour des ateliers porcins.

A télécharger :

A.Co.