L’embargo, qui datait de décembre 2015, a été levé après l’avis de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) reconnaissant le statut indemne de la France en ce qui concerne la grippe aviaire hautement pathogène, indique un communiqué du secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne.

100 millions d’euros par an

La levée de l’embargo s’inscrit aussi dans le cadre « d’un travail conjoint entre la France et l’Irak en matière agricole, sur l’initiative du ministre de l’Agriculture français Stéphane Travert, qui a signé le 5 octobre une déclaration d’intention avec son homologue irakien » Falah Hassan Zubeidan Al-Luhaybi. Avant l’embargo, les exportations de volailles françaises vers l’Irak représentaient environ 100 millions d’euros par an.

Deux épisodes de grippe aviaire successifs

Depuis l’épidémie de grippe aviaire en 2015-2016, la France avait perdu son statut de « pays indemne », indispensable pour avoir le droit d’exporter ses produits hors d’Europe. À la fin de 2016, alors que l’Hexagone était sur le point de retrouver son statut et de pouvoir recommencer à exporter, mais l’épidémie liée au virus H5N8 s’est déclarée. Ce qui a stoppé net le processus.

Le 27 octobre, lorsque la France a retrouvé son statut indemne d’influenza aviaire hautement pathogène, le Japon a aussitôt annoncé la réintroduction sur son marché des viandes de volailles françaises mais aussi de foie gras.

AFP