Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les abattages de poulets et canards chutent

© C. Faimali/GFA

Le ministère de l’Agriculture estime qu’en novembre 2016, les abattages français de volailles se sont repliés de 6 % en têtes et 2,4 % en tonnage, en glissement annuel.

« Les abattages de poulets, qui constituent 80 % des abattages totaux, reculent de 5 % en têtes et 2,2 % en poids, rapporte le ministère dans sa note mise en ligne le 9 janvier 2017. Ceux de canards se replient encore de 9 % en têtes et 8 % en poids. »

Les mises en place de canetons progressent

Du côté des dindes, les abattages se replient également en têtes, de 3,7 %, mais progressent de 5,6 % en poids. C’est la conséquence d’une augmentation du poids moyen de 10 % des animaux en un an qui découle d’un choix de souches plus lourdes.

En ce qui concerne les mises en place, là encore il est question de baisse. Celles de poussins de poulets de chair reculent de 5 %, celle de dindes de 4,2 %. En revanche, les mises en places de canetons s’envolent de 8 %.

Production stable

Sur les neuf premiers mois de 2016, avec 1,36 million de tec, la production française toutes espèces confondues, calculée par bilan, serait quasi stable par rapport à 2015. Là encore, la situation varie selon l’espèce : –1 % pour le poulet, +5 % pour la dinde, et –12 % pour le canard (–12 %).

« Dans le même temps, la consommation apparente de viandes de volailles, calculée par bilan provisoire, augmenterait de 3,5 %, estime le ministère. Elle progresserait pour le poulet et la dinde (+5 %), mais reculerait pour le canard (–11 %). »

Commerce extérieur en berne

Sur les neuf premiers mois de 2016, le solde du commerce extérieur de viandes et préparations de volailles s’est creusé en volume : 391 000 tec exportées contre 446 000 tec importées. « En particulier, le déficit commercial des viandes de poulet a plus que doublé en glissement annuel. »

Les exportations de poulets plongent

Les exportations de viandes de poulet ont plongé de 10 %, soit 35 000 tec (+5 800 tec vers l’Union européenne et –40 800 tec vers les pays tiers). Dans le même temps, les importations progressent de 3,1 %, soit 11 800 tec, dont 10 500 tec depuis l’Union européenne.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités
À lire également