« Depuis le milieu de l’été les cours du blé, du soja et du maïs ont fortement augmenté, avance le syndicat dans le communiqué diffusé ce 23 août 2018. Le blé fourrager s’est renchéri de 40 % entre août 2017 et 2018. Le maïs, jusqu’alors plutôt stable vient d’accuser une hausse de 12 % au mois d’août. Les cours du tourteau de soja sont en hausse de 20 % par rapport à l’année dernière. »

65 % du coût de production

Le syndicat rappelle que l’aliment représente plus de 65 % du coût de production. « Les indicateurs suivis par l’Itavi, Institut technique de l’aviculture, montrent que le prix du poulet ne suit pas suffisamment la hausse du prix des matières premières ». La CFA appelle donc à une renégociation et une répercussion des hausses, et leur prise en compte dans les négociations commerciales à venir.

« Les élevages avicoles, très contractualisés et très sensibles aux variations du coût des matières premières, doivent voir l’augmentation de leur coût de production prise en compte dans les prochaines semaines sans quoi leur situation économique pourrait se dégrader rapidement », insiste Jean-Michel Schaeffer, le président de la CFA cité dans le communiqué.

« Un test grandeur nature »

Cette demande intervient avant la reprise des débats sur le projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation qui prévoit des indicateurs de coûts de production. « La situation en cours est un “test” grandeur nature sur le respect des engagements de chacun, notamment ceux signés par tous les acteurs des filières dans la charte d’engagement à l’automne dernier », ajoute Isabelle Leballeur, secrétaire générale de la CFA.