« Les acteurs de la filière sont frustrés : la consommation de viande de volaille est dynamique, mais elle ne profite pas à la production française », lance sans détour Éric Cachan, secrétaire général de l’interprofession de la volaille de chair (Anvol). Et pour cause : alors que l’Institut technique de l’aviculture (Itavi) anticipe une consommation totale de viande de volaille en hausse...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !