Ces plans soulignent « la nécessité de répondre à la demande de l’ensemble des segments de marché, en veillant à préserver la compétitivité des filières françaises face à la concurrence, détaille FranceAgriMer dans son communiqué du 4 décembre. Des objectifs et des engagements des filières sont présentés pour répondre à la montée en gamme des productions et aux attentes sociétales. »

« Des investissements lourds »

Comment ? En développant les productions sous signes de qualité dans la limite de ce que le marché est capable d’absorber. « Des investissements lourds seront nécessaires pour satisfaire l’ensemble des exigences sociétales, soulignent les interprofessions qui souhaitent impliquer davantage les distributeurs, en les invitant à rejoindre les interprofessions courtes où elles ne siègent pas encore. »

Les interprofessions insistent « sur la nécessité d’un accompagnement par FranceAgriMer via les études et les observatoires économiques ». En cours de finalisation, ces plans devraient être transmis aux pouvoirs publics avant le 10 décembre 2017. Ils sont portés par les interprofessions et l’Itavi pour la volaille de chair en attendant la création d’une interprofession intégrant les distributeurs.