Devant une assemblée d’éleveurs remontés par le manque de cohérence et d’ambition des politiques publiques, Stéphane Travert n’a pas fait de réelle annonce ce 7 février, à Évreux. Quelques minutes avant son intervention, le président de la FNB, Bruno Dufayet, s’était pourtant fait le porte-parole d’éleveurs à bout de souffle.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !