« Même pour le faux-filet, il y a une marge de progrès importante », constate Paul Grelier, responsable de la section bovine d’Interbev. À l’écran est projeté le résultat d’une enquête menée en 2008 auprès de 1 400 Français. Seuls 40 % d’entre eux jugent le faux-filet qu’ils viennent de déguster « très bon » ou « excellent ...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !