« J’ai failli annuler tous mes abattages, en attendant que ça reparte, résume Lise Monteillet, éleveuse au Vibal, une commune de haute montagne située dans l’Aveyron. Mais parce que tous les maillons se maintenaient, je me suis dit : “On y va !” J’ai alors lancé un appel sur Facebook à destination des particuliers, afin d’abattre ma bête comme prévu. »
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
17%

Vous avez parcouru 17% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !