« Ça crée une psychose sur ma commune », confie Jean-Yves Fenvarc’h, maire de Minihy-Tréguier dans les Côtes-d’Armor. Les premiers lapins ont été tués en mars mais, depuis, quatorze actes similaires ont fait l’objet de plaintes. Toutes les personnes touchées sont des amateurs qui élèvent quelques lapins dans leurs jardins pour assurer un complément de revenu.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !