Une de plus. En 2018 déjà, la moitié des appellations laitières ont fait une demande de modification temporaire de leur cahier des charges, notamment sur le volet de l’alimentation des animaux, afin d’amoindrir l’impact de la sécheresse. Pour l’année 2019, l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) recense « sept demandes de modifications inscrites au JO, principalement concentrées...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
34%

Vous avez parcouru 34% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !