Après la FNSEA, c’est au tour de la Coordination rurale (CR) de solliciter le ministre de l’Agriculture ce 3 août 2018 dans une lettre ouverte. Pour atténuer les conséquences de la sécheresse, le syndicat demande à Stéphane Travert la mise en place « d’un plan d’urgence exceptionnel ».

« Exemption totale de semis » des SIE

Estimant que « les semis des surfaces d’intérêts écologiques (SIE) et des cultures intermédiaires piège à nitrates (Cipan) sont dans de très nombreuses situations impossibles à respecter », le syndicat demande « l’exemption totale de semis et non pas celle de levée du couvert ».

« Obliger les agriculteurs à engager des dépenses de semences et de façons culturales pour ne pas obtenir de levées des graines implantées n’a aucun sens ». Cela serait « une insulte au bon sens et au savoir-faire paysan », surenchérit le syndicat tout en se réjouissant des mesures annoncées par Bruxelles et de la possible valorisation des jachères.

Versement anticipé des aides de la Pac

Parmi les autres mesures proposées, le syndicat souhaite que des aides financières soient mises en place : des prises en charge par le fonds de calamités agricoles en particulier pour les fourrages, des dégrèvements de la taxe foncière sur le non bâti, voire une exonération totale dans les départements les plus touchés, ou encore la réactivation des fonds d’allégements des charges.

Concernant les aides de la Pac, la Coordination rurale demande qu’elles soient versées le plus précocement possible. « Dans l’hypothèse où la sécheresse devrait perdurer », il est demandé à l’État d’envisager « des aides directes exceptionnelles » en application du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE).

Aucune mesure n’a encore été annoncée par le ministère de l’Agriculture. Interrogé, celui-ci est pour le moment en pleine réflexion.

Alexis Marcotte