Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Manifestation contre la ferme des « 4 000 bovins »

Saône-et-Loire
 - Manifestation contre la ferme des « 4 000 bovins »
© Twitter/Confédération paysanne

Selon la Confédération paysanne, plusieurs centaines de paysans ont manifesté contre la ferme dite des « 4 000 bovins » ce 7 novembre 2017. Ils protestent plus largement contre le modèle export qui « rémunère mal les paysans ».

Entre 300 et 400 personnes se sont réunis le 7 novembre, à l’appel de la Confédération paysanne, pour une marche dans le village de Digoin en Saône-et-Loire, contre la « ferme des 4 000 bovins ». « C’était essentiellement des paysans et quelques riverains », commente Laurent Pinatel, le porte-parole du syndicat.

Des questions sur l’exportation

Au-delà de l’exploitation agricole, c’est le modèle qu’interroge la Confédération paysanne. « Reposons-nous la question, y a-t-il un vrai débouché à l’exportation pour la zone charolaise ? » se demande Laurent Pinatel.

Dans un communiqué du 6 novembre, le syndicat dénonce une « stratégie du tout export qui rémunère mal les paysans ». Il poursuit en décrivant un « centre d’allotement géant, faisant suite logique à l’industrialisation des élevages et des abattoirs ».

L’avenir d’une filière en jeu

La Confédération paysanne s’inquiète également pour la filière. « Non seulement ce projet ne répond en rien aux manques de revenu et de reconnaissance des paysans, mais en plus il pourrait provoquer des dégâts environnementaux importants qui nuiront à l’image qualitative de l’élevage charolais », souligne le communiqué.

T.D.

Retrouvez le rapport du commissaire enquêteur.

Un avis défavorable

Alors que la Confédération paysanne manifestait, le commissaire enquêteur a rendu un avis défavorable sur l’exploitation. Parmi les motifs, il évoque des problèmes économiques, d’accessibilité de l’exploitation ou encore environnementaux.

« L’analyse économique établit qu’il semble difficile d’être enthousiasmé par l’activité de préparation à l’exportation, sauf à recueillir des informations déterminantes », précise le rapport.

D’un point de vue plus pratique, il ajoute que « l’unité fonctionnelle que constitue l’élevage n’aurait aucun accès malgré le développement du trafic de véhicules lourds ».

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER