Des chercheurs de l’université de Zürich (Suisse) assurent que l’exposition des enfants à un environnement agricole protège leur organisme de l’asthme et des allergies. Dans leur rapport présenté dans la revue Journal of Allergy and Clinical Immunology, ils déterminent le rôle d’une molécule non microbienne comme l’acide sialique N-glycolylneuraminique (Neu5Gc) sur la santé infantile.

Forte concentration d’anticorps

Ladite molécule se retrouve dans l’organisme des animaux de la ferme, mais une mutation empêcherait sa synthèse chez l’homme. Ce dernier, néanmoins, l’absorbe en présence des animaux, et en consommant des produits d’origine animale. Cela déclencherait la synthèse d’anticorps spécifiques.

« Le contact des enfants avec les animaux, et la consommation de nourriture d’origine animale semble réguler les réactions inflammatoires du système immunitaire », affirme Remo Frei, immunologiste et auteur de l’étude. Ainsi, les jeunes qui évoluent au contact des animaux auraient une plus forte concentration d’anticorps dans le sang.

Les tests ont également été menés sur des souris. Le contact avec la molécule Neu5Gc produit en outre une réaction anti-inflammatoire ciblée sur les tissus pulmonaires, qui évite au système immunitaire de se défendre contre des substances inoffensives, et inhibe ainsi la réaction allergique.