Avec 430 individus officialisés la semaine dernière par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et un taux de croissance des effectifs de 20 %, l’Usapr, qui rassemble des élus de toute la France, estime que les tirs de défense, simples ou renforcés, doivent être inscrits comme moyen de protection et cela sur l’ensemble du territoire. L’ensemble des tirs doivent être autorisés « de faç...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
26%

Vous avez parcouru 26% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !