C’est ce qu’elles ont défendu à la fin de juin lors de leur rencontre trimestrielle, sans obtenir gain de cause. C’est ce qu’elles défendront encore en septembre pour le prix de base du quatrième trimestre. Dans cette perspective, l’association Sunlait qui fédère les OP qui livrent Savencia, active la clause de rencontre prévue dans le contrat.

« Un prix dont vous savez qu’il est mortifère »

« Depuis le début de nos relations, nous avons toujours été attentifs à vos contraintes et à vos difficultés. De votre côté, vous savez qu’il faut à un producteur de lait 350 €/1 000 l pour vivre de manière juste de son travail. Vous nous imposez un prix dont vous savez qu’il est mortifère pour nous et par là même pour la filière laitière », écrit Sunlait à Savencia dans un courrier du 1er septembre 2016.

Alors qu’au deuxième trimestre, une prime de réduction des volumes de 20 €/1 000 l en moyenne sur les trois mois a porté le prix de base entre 292 € et 298 € selon les régions (d’après l’observatoire du prix du lait de L’Éleveur laitier), Savencia est revenu sur une application contractuelle pour celui du troisième trimestre.

« Il nous faut plus »

« L’application stricte du contrat aurait donné un prix sous les 250 €. Celui versé est autour de 265 €, selon les régions », précise Sunlait. Plus largement, pour le second semestre, Savencia a une vision du prix de base à 265 €, ce qui donnerait le prix annuel à 272 €. Il nous faut plus. »

Selon l’association d’OP, les indicateurs de marché qui figurent dans le contrat signé avec Savencia sont aujourd’hui inadaptés. Ils ne tiennent pas compte de la valeur ajoutée dégagée sur les PGC (produits de grande consommation).

« Savencia met en avant la richesse des territoires que les producteurs de lait ont forgée. Nous voulons un retour. » Sunlait veut faire évoluer la formule du calcul du prix du lait dans ce sens et une plus grande prise en compte de la maîtrise des volumes dans la rémunération.

Claire Hue