« À la vue de ces perspectives haussières sur les prix pour 2017, il est important que la filière laitière dans sa globalité participe à cette tendance et retrouve un équilibre permettant la rémunération de chaque maillon, notamment la revalorisation attendue sur le prix du lait aux producteurs », affirme Dominique Chargé, le président de la FNCL cité dans le communiqué diffusé ce 1er juin 2017.

Message à aux distributeurs et à la restauration

Le président de la FNCL s’adresse en particulier aux grandes surfaces et à la restauration hors domicile pour obtenir une meilleure « valorisation des produits de grande consommation (lait de consommation, fromages, yaourts, beurre, crème…) sur l’ensemble des circuits de distribution et permettre à la filière laitière française d’accompagner durablement cette évolution. »

Concernant les autres composantes du prix du lait, les coopératives soulignent que « le prix de la matière grasse continue sa hausse : +23 % depuis six mois et qui s’accélère ces dernières semaines. La poudre de lait […] dont les stocks importants limitaient jusqu’à présent la remontée du prix du lait aux producteurs est en hausse continuelle depuis maintenant plusieurs semaines (+11 % depuis la mi-avril). »

Selon les coopératives, la collecte laitière européenne, « en baisse continue depuis le début de l’année, de 2,5 % sur le premier trimestre au niveau européen, n’a pas atteint les niveaux attendus ce printemps ». Tous ces éléments conduisent la FNCL à parler de « perspectives haussières sur les prix pour 2017 ».