« Nous avons rappelé que les mesures de protection avaient des limites, explique Olivier Maurin, éleveurs dans les Pyrénées-Atlantiques. S’il y a des zones où il n’y a pas de problèmes, c’est qu’il n’y a pas d’ours. » Le président de la République a assuré les professionnels de son soutien pour la défense de l’agriculture pyrénéenne et de ses filiè...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !