Dans un communiqué, la section porcine de la Coordination rurale (CR) constate que « les négociations entre industriels et grandes et moyennes surfaces (GMS) menées actuellement pour les produits porcins font l’impasse sur une rémunération décente des producteurs ».

« L’excès de production fait s’effondrer les prix »

Pour le syndicat, « la crise s’accentue du jour en jour ». La CR souligne que « les indicateurs du premier semestre de 2017 laissaient déjà pressentir que les marchés mondiaux allaient redevenir excédentaires et que l’année 2018 serait compliquée pour les producteurs ». Elle rappelle aussi que l’Ifip annonce pour 2018 un prix en retrait de 8 %, qui sera « très certainement trop faible pour couvrir les coûts de production ».

« Dans un marché libéral, l’excès de production fait s’effondrer les prix sur les marchés », rappelle la CR, avant de s’insurger : « Et que propose la filière ? De produire encore davantage ! » À l’inverse, le syndicat prône « une régulation des productions et des marchés, de manière à mettre en adéquation production et consommation et assurer un prix rémunérateur aux éleveurs ».

E.C.