« Que ce soit pour financer une nouvelle campagne de promotion de la viande porcine ou pour équilibrer les comptes de l’ATM (animaux trouvés morts), les éleveurs ne disposent d’aucune marge de manœuvre financière pour subir de nouveaux prélèvements », s’agace la Coordination rurale (CR), dans un communiqué publié ce mardi 23 octobre 2018.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
46%

Vous avez parcouru 46% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

« Que ce soit pour financer une nouvelle campagne de promotion de la viande porcine ou pour équilibrer les comptes de l’ATM (animaux trouvés morts), les éleveurs ne disposent d’aucune marge de manœuvre financière pour subir de nouveaux prélèvements », s’agace la Coordination rurale (CR), dans un communiqué publié ce mardi 23 octobre 2018.

Pour le syndicat, « les éleveurs doivent d’ores et déjà faire face à une baisse des prix, une augmentation des coûts de production, une augmentation d’environ 6 à 8 centimes des cotisations de MSA et à la menace de la FPA (fièvre porcine africaine) qui sert déjà de prétexte pour peser sur les cours ».

« Renégocier les tarifs contractuels »

Concernant la hausse de la contribution à l’équarrissage, qu’Inaporc justifie, selon la CR, par « l’augmentation de la collecte », le syndicat estime que « cela devrait au contraire permettre de renégocier les tarifs contractuels avec les sociétés d’équarrissage qui réalisent des économies d’échelle réduisant leurs frais de collecte unitaire ». La CR demande enfin la « totale transparence de l’ATM ».

V. Gu.
Votre analyse marché - Porcs

Cours égal

Le cours du porc a été reconduit à 1,233 €/kg ce lundi 18 mars 2019, au marché du porc breton de Plérin, dans les Côtes-d’Armor.