Construire un plan stratégique porcin : c’est l’objectif annoncé par les CRP de la Bretagne, des Pays de la Loire et de l’UNGP dans un communiqué commun publié le 11 mars 2019. La constitution d’une AOP en est le cheval de bataille, afin « de redonner du pouvoir de marché aux éleveurs, d’assurer la valorisation d’une démarche qualité collective visant à répondre notamment...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
41%

Vous avez parcouru 41% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Construire un plan stratégique porcin : c’est l’objectif annoncé par les CRP de la Bretagne, des Pays de la Loire et de l’UNGP dans un communiqué commun publié le 11 mars 2019. La constitution d’une AOP en est le cheval de bataille, afin « de redonner du pouvoir de marché aux éleveurs, d’assurer la valorisation d’une démarche qualité collective visant à répondre notamment aux attentes sociétales, et de faciliter la transmission des élevages ».

Pour Philippe Bizien, président du CRP Bretagne, « cette AOP pourrait aussi avoir des compétences plus transversales, par exemple sur le plan sanitaire avec la mise en place de stations de lavage de camions. Dans le cadre de la réforme à venir de la politique agricole commune, des cofinancements pourraient être envisagés ».

« Se parler plus souvent »

Au-delà de la création de l’AOP, les trois organisations du Grand Ouest ont convenu des rencontres à intervalles réguliers. « Nous allons nous parler plus souvent, nous ne le faisions pas suffisamment auparavant, estime Philippe Bizien. Nous avons planifié plusieurs réunions dans l’année. L’objectif est de partager nos visions, de porter une parole commune, mais aussi de préparer l’avenir de la filière. »

V. Gu.